Le hasard fait parfois bien les choses !

Alors que le 13 janvier dernier j'assistais à la première réunion publique consacrée à l'ANRU dans le quatier du Londeau, j'avais pris la parole durant la période des débats. En m'adressant en particulier à Mr le Représentant de l'Etat, j'avais soulevé mes inquiétudes quant aux critères sociaux appliqués lors d'un éventuel relogement des locataires ( voir article / écouter la bande audio ).

En effet, pour avoir suivi depuis un an les déboires administratifs de certains sinistrés de l'explosion de la barre Stéphenson, dont on avait constaté que les problèmes rencontrés pour certains d'entre eux, étaient liés essentiellement à des modifications des critères sociaux d'attribution (revenus, composition de la famille, chomage, augmentation des loyers,...) entre leur entrée dans les lieux (pour certains, de très nombreuses années) et leur sortie (forcée !!).

Mes inquiétudes étaient confirmées dans les 48h00 qui suivirent.

Tout comme pour Marie-France* (voir article), c'est au tour de Jacqueline* d'avoir reçu une aimable carte de meilleurs voeux de la part de son bailleur à l'époque de l'explosion (22 décembre 2007).

En effet, par cette agréable missive particulièrement humaine, elle est purement et simplement avisée qu'au 31 décembre 2009, elle devra avoir quitté son logement actuel (bail précaire) !

En pleine période hivernale !

Bien-sûr, il n'a pas été omis de rappeler à cette sinistrée, qui a absolument tout perdu dans cette pulvérisation d'immeuble, qu'elle a un arriéré de loyer !

Quant à nous, nous continuons à suivre ce dossier.

Les premiers éléments qui ont été portés à notre connaissance et dont nous avons réussi à nous procurer une copie, laissent augurer des articles qui ravirons les lecteurs assidus de Tian, Jess, Henry et tous les autres.

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET


A LIRE AUSSI

EXPLOSION NOISY : LES SINISTRES BIENTOT EXPULSES ?