La problématique de santé publique et donc d'accès aux soins à Noisy-le-Sec est assez caractéristique des banlieues pauvres :

- Effectifs de praticiens insuffisants (problèmes de recrutements publics ou d'installations de libéraux) en particulier dans certaines spécialités ;
- Paupérisation de la population ( "...  la population noiséenne, dont plus de 50% sont éxonérés de l'impôt sur le revenu, ce qui démontre une situation globale de paupérisation de la commune, avec un revenu moyen qui est inférieur de moitié au revenu moyen régional".)¹
- Permanence de soins insuffisante ;
- Pas de pharmacie de garde depuis deux ans sur arrêté préfectoral ;
- Urgences hospitalières de secteur  (C.H.I. de Montreuil-sous-Bois) surchargées.


La nouvelle équipe municipale, menée par Alda PEREIRA-LEMAITRE, Maire (PS), a donc décidé de s'attaquer à ce problème.

C'est donc légitimement Anne DEO, Adjointe (LES VERTS) au Maire en charge de la délégation santé, qui planche depuis plusieurs mois déjà sur ce dossier et qui s'est exprimée en ces termes lors d'une concertation publique sur le budget le 10 février dernier :

"(...) Le centre de santé, c'est aussi une de nos priorités. Développer l'offre de soins c'est, par exemple, recruter un ophtalmo, parce qu'aujourd'hui dans le privé, c'est impossible d'avoir un rendez-vous quant on a besoin de lunettes ; C'est recruter une gynécologue parce qu'aujourd'hui des gynécologues de ville, il n'y en a plus ; C'est travailler aussi autours de la santé mentale parce qu'aujourd'hui, il n'y a pas de psychologue, de psychiatre qui peuvent aider les gens qui traversent des crises importantes (...)"

Anne DEO poursuit :

"Le projet de la permanence de soins en est un autre [NDLR : projet]. C'est ouvrir le C.M.S. Dans un premier temps le dimanche, pour désengorger l'hôpital d'une part, mais aussi parce que les médecins de ville n'assurent plus leurs gardes et que lorsque vous tombez malade, à part l'hôpital, vous n'avez aucune autre solution. Donc c'est une priorité effectivement".

Les pistes envisagées sont donc les suivantes :

Désengorger l'hôpital de Montreuil en proposant une offre de soins, à laquelle les médecins de la commune seraient associés,  en partenariat avec la municipalité. Offre de soins qui doit être en phase avec les légitimes attentes de noiséens.

Des discussions entre la ville et notre d'hôpital de secteur sont en cours dans le cadre d'un partenariat.

De même, la municipalité travaille avec le préfecture pour qu'une permanence pharmaceutique s'inscrive dans cette démarche. Car proposer une offre nouvelle de proximité médicale n'a de sens que si la délivrance des médicaments est accessible, y compris, et surtout, aux patients non motorisés.

C'est donc un projet concrêt et attendu de tous qui progresse, semble-t-il, favorablement, malgré les innombrables difficultés administratives (et peut-être corporatistes ?) auxquelles notre élue doit être probablement confrontée.

Un projet que nous ne pouvons qu'encourager et sur lequel nous seront amenés à revenir prochainement.

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET

© 10 février 2009 - JENB PRODUCTIONS

¹ Jean-Paul LEFEBVRE, Aidjoint (Ps) au Maire, délégation fiances, réunion publique, 10 février 2009

Pour la souce des illustrations, passez la souris sur les dessins.


A LIRE AUSSI :

A NOISY, LA JEUNESSE C'EST DU CONCRET

NOISY : LES STAGES DE FEVRIER

NOISY : LE BLOGUEUR RETIRE SA PLAINTE CONTRE L'ELU

LA POLICE MUNICIPALE SAUVEE ... D'UNE VOIX !

CONCERTATION ANRU AU LONDEAU

CONCERTATION TRAMWAY LIGNE T1

LES COLLECTIVITES INQUIETES POUR LEUR BUDGET

L'INFO LOCALE SUR NOISY LE SEC