Il y a éxactement un an aujourd'hui, à cette heure-ci, nous vivions l'actualité électorale avec les résultats du 1er tour des municipales (et cantonnales pour la moitié des électeurs en France)

A Noisy-le-Sec, bastion communiste de l'ancienne "banlieue rouge" - nottament par une forte concentration ouvrière issue du monde du chemin de fer - le parti Communiste, avec à sa tête Jean-Louis MONS, avait perdu la mairie en 2002 (les élections de mars 2001 ayant été annulées).

La ville avait alors été placée sous tutelle de l'état du 18/11/2002 au 26/01/2003 (Délégation spécial de Mr Bernard KIRSCHEN, Directeur Adjoint de la DDASS 93).

En 2003, c'est sur élection partielle (les 12 et 19 janvier) que Madame Nicole RIVOIRE (centriste) ravit la mairie aux communistes.

Lorsque débute la campagne électorale fin 2007, Madame RIVOIRE qui se propose pour un second mandat à la tête d'une liste MoDem / UMP , entend bien défendre ses positions, malgré la dissidence de Georges SIAVELIS. Ce dernier, s'il n'est pas dupe sur ses chances face aux listes adverses, espère un score qui lui permettent une fusion (voir explications sur les fusions de listes).

Face à la droite, la gauche n'a pas réussi un départ homogène.

D'un coté une liste d'union de la gauche menée par Alda-Pereira-Lemaitre réunit le parti Socialiste, Les Verts et les Radicaux.

De l'autre, le parti Communiste avec à sa tête Gilles Garnier, qui postule par ailleurs un nouveau mandat de Conseiller Général, se lance à l'assaut de la mairie sous une liste diversifiée (PC + LO + associatifs), comme on se fait une partie de tarot à quatre.

Fin stratège, il sait que la liste PS d'Alda Pereira-Lemaitre à peu de chances de gagner la mairie sans lui. D'autant que, fin 2007, le PS est donné perdant face à Nicole Rivoire.

Il tente donc sa chance avec en main plusieurs atouts. Son mandat de Conseiller Général en cours, avec une prime au sortant favorable pour un renouvellement, et sa connaissance de la ville lui ont permis d'être ancré solidement sur la commune de longue date.

En ce dimanche soir de dépouillement des urnes, c'est donc la surprise, ou du moins les surprises.

D'abord, Nicole Rivoire, dont les estimations lui étaient moins favorables en fin de campagne, dépasse tout de même la barre des 40%.

Ensuite, Alda Pereira-Lemaitre. Elle n'atteint pas les 30 % ce qui laisse augurer des négociations moins aisées que prévues avec le parti Communiste pour une fusion d'entre-deux tours. Il va falloir faire plus de concessions que prévue, pour faire barrage à nicole Rivoire.

Car le grand gagnant de cette soirée, c'est bien Gilles Garnier.

Quant à Georges Siavélis, son score ne lui permet aucune discussion.

Flashback sur cette soirée noiséenne.

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET
© 09 mars 2009 - JENB PRODUCTIONS

A LIRE AUSSI

L'ACTUALITE LOCALE SUR NOISY-LE-SEC

NOS ARTICLES ARCHIVES PAR MOIS, CATEGORIES ET TAGS CIBLES