C'est de notoriété publique : les européennes ne passionnent guère. Et le cru 2009 confirme avec une abstention en progression : Le département de la Seine-saint-Denis arrive en tête de la région Ile-de-France avec un chiffre record de 67,13 % (en 2004 : 61,31 %).

A Noisy-le-Sec, avec 33,71 % de votants, la commune se situe 0,8 point au dessus de la moyenne départementale ( 31,8 % ).

L'UMP : VICTORIEUX... MAIS EN DEMIE-TEINTE

Certes la majorité présidentielle localement représentée par Olivier DELEU peut savourer sa victoire puisqu'il arrive en tête avec 1.232 voix. Mais les 20,17% sont légèrement inférieurs à la moyenne du département (21,7%) mais surtout plus de 8 points inférieurs à la moyenne nationale située à 28,5% (éstimation CSA à 0h30). Noisy-le-Sec confirme donc bien son ancrage à gauche.

LE MODEM : LE PLONGEON

Localement représenté par Nicole RIVOIRE, le MoDem fait le grand plongeon. En 5ème position avec seulement 7,3 % des voix - un score égal à la moyenne départementale 7,4 % - ce parti paie cash les propos tenus par leur leader face à Cohn-Bendit dans un contexte de campagne trop centrée sur la personnalité de Bayrou.

A GAUCHE, LES ECOLOS JUBILENT

Ce sont les grands gagnants de la gauche noiséenne avec 16,78 %, un score légèrement inférieur à la moyenne départementale (17,6%), mais qui conforte la forte implantation des verts sur la commune. Premier parti de la gauche locale lors de ce scrutin, Anne DEO ne cachait pas sa joie hier soir.

Le documentaire "HOME" de Yann Arthus-Bertrand diffusé en prime-time vendredi sur France 2 a explosé l'audimat avec 33% de parts de marché, soit le double généralement constaté pour ce type de programme. Cela a-t-il pu influencer les électeurs à deux jours du scrutin ? Sans doute. Il est probable qu'une fraction des électeurs socialistes aient pu basculer sur un vote écolo. Interrogé sur France-Infos ce matin, Yann Arthus-Bertrand rappelle que le choix de la date de diffusion a été retenu il y a deux ans, donc bien avant que la date de ces élections ne soient arrêtée.

LE FRONT DE GAUCHE

Cette liste de gauche plurielle menée par le Parti Communiste, localement représentée par Gilles GARNIER, réussi un bon 15 % alors que la moyenne départementale est à 11,4 %. Il confirme sa bonne implantation locale et surtout arrive en troisième place, devançant de 0,8 point le parti socialiste.

LE PARTI SOCIALISTE : LA DOUCHE FROIDE

Avec ses 14,19 % (inférieur à la moyenne départementale de 15,1%), les socialistes noiséens subissent de plein fouet ses divisions internes et surtout son absence de projets mobilisateurs clairs. Il n'arrive qu'en troisième position des forces de gauche locale et devra sérieusement se remettre en question pour affronter favorablement les régionales de 2010.

ABSENCE DE PROJETS EUROPEENS CLAIRS

Hormis Europe-Ecologie, la plupart des partis n'ont pas su mobiliser les électeurs sur un sujet déjà difficile : l'Europe, cette entité qui parait trop loin de notre quotidien. Certains, à gauche, ont trop voulu en faire un vote sanction contre Nicolas SARKOZY.

Les Elus de tous bords se devront, dès aujourd'hui, aborder l'Europe au quotidien sur le terrain s'ils veulent être mobilisateurs pour la prochaine législature.

MOBILISER LES COUCHES POPULAIRES

Ce sont eux les grands abstentionnistes. Une Europe qui leur a été mal expliquée n'a pas su les mobiliser.

PREPARER LES REGIONALES 2010 DES MAINTENANT

L'ensemble des forces de gauches, le Parti Socialiste en tête, se doivent de se remettre en question s'ils ne veulent pas voir la région Ile-De-France basculer à droite l'année prochaine. Redonner une image valorisante de la politique, rajeunir les rangs et l'encadrement, diversifier les listes, tenir un discours compréhensible par tous et proche des préoccupations de nos concitoyens.

Car même si le scrutin européen, de part sa forme et son fond, ajouté à une forte abstention doit être analysé avec prudence dans les comparaisons locales, les résultats d'hier montrent que les forces de gauche, sauf à s'allier, ne sont pas en mesure de contre-carrer la politique libérale du gouvernement.

UNE MULTITUDE DE LISTES ET DES CIRCONSCRIPTIONS BATARDES

Trop de listes ! 28 en Iel-de-France, c'est trop. Certes, c'est le jeu de la démocratie, mais il suffit de lire les résultats à Noisy-le-Sec pour comprendre qu'une plétore de candidatures nuit au débat. Et le rend incompréhensible. Dans notre bureau de vote (comme dans d'autres), certaines petites listes n'avaient même pas de bulletin de vote puisqu'il fallait les télécharger sur la toile... à un format pas forcément réglementaire.

Et puis, ces circonscriptions ! Qui a eu l'idée de nous découper le pays de la sorte ? Des listes nationales seraient bien plus incitatives au vote et à la clarification de projets.

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET
Lionel DERRIEN

© 08 juin 2009 - JENB PRODUCTIONS

A LIRE EGALEMENT :

LES RESULTATS COMPLETS SUR NOISY-LE-SEC

LES GREVISTES DE TASSOS DELOGES PAR LA POLICE

UNE NOUVELLE PERMANENCE DE SOINS EN SEINE-SAINT-DENIS

ELECTIONS EUROPEENNES

LETTRE OUVERTE DE CLAUDE BARTOLONE (PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL 93) A NICOLAS SARKOZY

INCENDIE MORTEL A BOBIGNY : PREMIERES IMAGES VIDEOS