Dès hier, nous nous faisions l'écho d'un énième braquage dans une librairie-papeterie du centre ville par deux individus cagoulés et armés.

Selon la rédaction du journal "LE PARISIEN" daté de ce jour, les présumés suspects, reconnus par le gérant du commerce, ont été appréhendés peu de temps après. Il s'agirait de deux mineurs, de 14 et 17 ans, déjà connus des services de police. Une arme de poing ainsi que de l'argent auraient été retrouvés à proximité.

Voilà donc une affaire de police nationale qui trouve là un épilogue efficace, dont on ne doute pas que la justice départementale saura, une fois encore, trouver des excuses aux auteurs présumés pour minimiser leur culpabilité si celle-ci est avérée.

Une Police nationale ne peut avoir d'efficacité dans ses investigations et ses interpellations que si la justice réprimande de façon dissuasive les auteurs pour éviter toute récidive.

La justice excuse tout.

Les citoyens, eux, en ont marre de ce laxisme qui leur pourri la vie quotidiennement y compris, ET SURTOUT, parmi les populations les plus vulnérables socialement. Et à Noisy, on est nombreux.

Il est temps, surtout dans notre département, que les intérêts des VICTIMES de délits priment sur ceux de délinquants, de plus en plus jeunes, qui en sont les auteurs, sous de fallacieux prétextes sociaux.


Même Claude BARTOLONE, dans sa récente lettre l'a évoqué :

"Enfin, l’action. La Seine-Saint-Denis a besoin d’un plan de rattrapage en matière d’effectifs de police. Il manque au moins 400 policiers réellement affectés dans les commissariats et, chaque jour, nos concitoyens subissent les conséquences de cette pénurie. Il en est de même pour les postes d’enseignants et de surveillants. Les moyens dédiés à la Justice doivent être enfin très vite amplifiés, car faute de magistrats, de greffiers en chef, de greffiers et de fonctionnaires des services judiciaires en capacité de faire face notamment à la problématique des mineurs multirécidivistes, le sentiment d’impunité progresse."


On a beau nous assener des spots publicitaires (qui nous coûtent bonbon) sur les violences conjugales quand, dans le même temps un meurtrier "conjugual" n'écope que de 9 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse.

Et je n'évoque même pas les peines dérisoires prononcées à l'encontre de jeunes cons qui faisaient du running sur l'A1 il y a 12 ans et qui ont fait cramé vifs une mère de famille et ses trois gosses. Même pas un an par mort.

Le plus jeune était copain de crêche de mon fils. Aujourd'hui, il aurait douze ans.

Même cela, la justice l'a ignoré. Nous, on a pas oublié.

Dont acte.

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET
© 12 juin 2009 - JENB PRODUCTIONS


A LIRE EGALEMENT :

NOUVELLE PERMANENCE DES SOINS EN SEINE-SAINT-DENIS

INSECURITE : ENCORE UN BRAQUAGE A NOISY-LE-SEC

TRANSPORTS EN ILE-DE-FRANCE : CONSEIL MUNICIPAL EXTRAORDINAIRE A NOISY-LE-SEC

NOTRE DOSSIER COMPLET SUR LE TRAMWAY ( articles & vidéos )

OFFREZ VOTRE SANG

WEEK-END SPORTIF A NOISY-LE-SEC

FOOT : AUX AMIS DISPARUS

ENFIN, LA CAMPAGNE ELECTORALE EST TERMINEE


EUROPEENNES A NOISY : REFLEXIONS

LES RESULTATS COMPLETS SUR NOISY-LE-SEC

LES GREVISTES DE TASSOS DELOGES PAR LA POLICE


ELECTIONS EUROPEENNES

LETTRE OUVERTE DE CLAUDE BARTOLONE (PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL 93) A NICOLAS SARKOZY

INCENDIE MORTEL A BOBIGNY : PREMIERES IMAGES VIDEOS

TOUTES NOS ARCHIVES