Pour être plus éxact, c'est 17,95 % de notre Conseil Municipal qui vient de démissionner. Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) est aujourd'hui à l'agonie après 29 mois de clashs à répétition (voir un récapitulatif sur Le Post.fr en cliquant ici) entre la Maire socialiste et les deux autres groupes (Les Verts et le PC & société civile) de son ex-majorité, plaçant de facto l'édile en situation de minorité.

Dans un article du 16 septembre au matin, nous vous annocions la démission des six élus verts et le désistement des candidats Verts suivants de leur liste.

Coup de théâtre, ce ne sont plus six élus qui démissionnent, mais sept, puisque Mamadou Gueye, élu de sensibilité radicale de gauche et ancien Adjoint au Maire, s'est déclaré démissionnaire dans la foulée de notre interview exclusive d'hier à 16h00 sur le parvis de la médiathèque.



Les démissions et leurs conséquences

Lorsqu'un élu quitte ou abandonne son mandat, en l'espèce par démission à caractère politique, mais il en est de même par démission pour raison familiale, à cause de la maladie, voire du décès, la demission est remise au Maire et le Préfêt prend acte de cette carence.

La règle veut que le partant soit remplacé par la personne qui suit sur la liste candidate du second tour et succède à la vacance. C'est ainsi que lorsque Françoise Célatti (PS) a démisionné pour des raisons familiales, Madame Samia Essabah aurait dû lui succéder. Cette dernière ayant décliné l'offre, le suivant était Mr Francis Flouzat (PS) qui devint Conseiller Municipal.

On compte aujourd'hui sept démissions. Or la liste de gauche du second tour ne contient plus que cinq candidats : 3 PC, 1 LO et 1 PS. Ensuite la liste est épuisée et le Conseil Municipal ne compte plus, dès lors que 37 élus au lieu de 39.

Oui, mais dans cette nouvelle configuration le Conseil compterait alors :
- 9 élus d'oposition municipale de droite (UMP/Modem/NC) 24,3 %
- 11 élus PS, dont le Maire, 29,7 %
- 17 élus d'opposition de gauche, PC & apparentés, 43,6 %

Le Conseil Municipal de Noisy-le-sec compte donc, dans cette hypothèse, 70,3 % d'élus d'opposition au Maire.

Que va faire Gilles Garnier et son groupe GRR ?

Bien qu'il avance sur un timming différent des élus Verts, Gilles Garnier a totalement désapprouvé le Maire lors des précédents conseils municipaux et exprimé des récriminations à peu près semblables à celles des Verts.



Sauf à se dédire, voire se renier, ce qui serait suicidaire sur le plan électoral, Gilles Garnier n'a d'autre choix que de présenter le retrait de son Groupe GRR dans les délais les plus brefs. D'autant qu'une parti de son groupe est composé de membres de la société civile, véritables électrons libres.

Noisy-le-Sec se dirige-t-elle vers une élection municipale anticipée ? La probabilité est aujourd'hui importante, d'autant qu'il semble, selon un article de l' Observatrice sur Le Post.fr,  qu'en plus de cette situation politique explosive, la grogne monte dans le personnel municipal.

Retrouvez toute l'histoire de cette grave crise politique en cliquant ici.

Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
© 17 septembre 2010 - JENB Productions

Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à jenbproductions@free.fr avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du post

A lire également :

- Flash spécial : Les Verts démissionnent du Conseil Municipal de Noisy-le-Sec
-
Et encore une voiture incendiée cette nuit à Noisy-le-Sec
- Communiqué de presse du Président du Groupe socialiste au Conseil Municipal
- L'école publique et laïque peut-elle être un canal de diffusion politique ?
- Agenda démocratie participative : Assemblée de quartier centre-ville Mairie