MON DERNIER EDITORIAL POLITIQUE

Quel champ de ruine ! Après l'explosion de notre Conseil Municipal jeudi soir dernier, je dois avouer que mon coeur balance entre joie et désolation. La joie de voir Alda Péreira Lemaitre devoir quitter, d'ici à quelques semaines sa fonction de Maire. Amertume de regarder ce triste spectacle qu'est la situation politique locale autant dévastée. Et puisque ce sera ici mon dernier billet éditorial politique jusqu'à la l'investiture de notre prochaine(e) Maire(sse), je me permettrai de retourner un peu en arrière.

Mars 2008 : La Ville bascule à gauche

Qui ne se souvient pas de la liesse populaire à l'annonce des résultats du second tour des municipales, cette intense émotion lorsque notre Doyen Pierre Lerenard remit l'écharpe tricolore tant convoitée à Alda Pereira-Lemaitre. Puis son discours d'intronisation (voir vidéo ci-dessous). « Je serais le Maire de toutes les Noiséennes et de tous les Noiséens »... quel enthousiasme ! Moi qui m'abstenais depuis de longues années, cette campagne électorale 2008, le dynamisme de ses militants, mais aussi de nos amis Verts, dont je rappelle en passant, qu'ils y ont contribué avec dynamisme et réelle implication, m'avaient donné envie de devenir un militant politique et d'adhérer à un parti politique.



Je n'avais rien de bien particulier contre Nicole Rivoire (Modem ex UDF), Maire sortante de Noisy-le-Sec (2003 - 2008), dont la défaite d'environ 200 voix, soit dit en passant, incombe en grande partie à son très proche entourage politique, son Dir' Cab' en particulier, tout simplement parce que d'un point de vue personnel nous avions bien d'autres chats à fouetter et qu'en tant qu' association (à partir de 2005), nos rapports se limitaient à de la simple courtoisie.

Mais revenons-en à cette année 2008. Avec ses vastes concertations publiques sur le tramway T1, sur l'Anru au Londeau, la création de ses Conseils de quartiers... J'avais cette impression d'une ville qui se réunisssait autour de son nouveau Maire, l'enthousiasme était palpable, et même des personnes de droite s'investissaient à toutes ces réunions publiques dans un but de contre-argumentation constructive. A cette époque, la ville était propre, joliement fleurie, et on sentait un souffle nouveau pousser Noisy en avant.

Octobre 2008 : Le clash sur la Police Municipale



Premier clash ayant réèllement impacté les esprits noiséens. Pour la première fois au grand jour, aux yeux et surtout aux oreilles des Noiséens, des profondes divergences politiques apparaissaient au sein même de la majorité, sept mois  seulement après  leur  arrivée  " aux responsabilités "  pour certains,  " au pouvoir " pour une minorité. Qui ne se souvient pas de cette séance du Conseil Municipal où notre Police Municipale fût sauvée... d'une seule voix !



Puis vint le budget 2009. Alors qu'on nous annonçait une nouvelle concertation sur le sujet, tout juste nous a-t-on offert une simple présentation sous forme de débats inutiles puisque trop tard les orientations budgétaires étant déjà prises: Si la ville allait si mal, forcément c'était de la faute à la mandature précédente. A cette époque, sans doute n'était-ce pas totalement faux. Mais, pour la premiere fois les Noiséens étaient spoliés d'un débat pourtant annoncé mais transformé en une simple réunion publique d'informations. Vous auriez fait la même tête si vous aviez  commandé une voiture complête qui  vous était livrée sans aucune des options choisies.

La mémorable séance du Conseil Municipal dédiée au budget 2009 annonçait les premiers frémissements d'une maladie grave. Tel un cancer diagnostiqué trop tard, les espérences de rémissions s'annonçaient moins longues que les 5 années qu'il restait à tenir. Il est utile de rappeler qu'  Elisabeth Guigou (PS), notre Députée et 5ème Adjointe a sauvé le budget grâce à sa stature de femme aux nombreuses expériences parlementaires et ministérielles. Sa diplômatie a permis une conciliation de dernière minute entre les trois Présidents de groupes de la majorité.

Printemps 2009 : La délinquance



Cette période de mars à juillet 2009 où nous constations sans cesse des agressions, des vols à main armées, des rodéos sauvages dont certains se finirrent tragiquement, le tout sur fond de débat sur cette Police Municipale. L'édile récente, tous comme ses partenaires de gauche et même ceux de droite, pour une fois unanimes sur une Police Nationale rachitique dans ses moyens noséens grâce à Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l'Intérieur, qui avait transformé notre commissariat de Police nationale en un simple " Commissariat sub-divisionnaire " avec 30 policiers en moins, s'était engagé à se battre pour renverser la tendance. Mais hormis quelques courriers, force est de constater que l'on n'a pas senti la verve et la tenacité tant annoncée : Une pétition bien maigrichonne (500 noms sur 40'000 habitants), un débat promis mais jamais tenu (une nouvelle fois). Mais c'est vrai, à l'époque, il y avait les élections régionales à préparer. C'était sans doute plus important pour les Noiséens ?



Quoi qu'il en soit, cette thématique pourtant prioritaire et fondamentale n'a pas fait l'objet du combat qu'il était pourtant nécéssaire de mener. Notre Maire n'était même pas présente lorsque les élus  Verts et GRR ont eu le courage, eux, d'organiser un débat riche et argumenté en décembre 2009. Heureusement que d'autres élus socialistes (Jean-Paul Lefèbre et Helmut Bonnet pour ne citer qu'eux) et bien que non co-organisateurs, ont sû apporter des éléments de réflexion pertinents coté socialiste.



Puis vinrent les graves incident de la fête de la ville 2009. (remerciements à notre collègue posteur FullHdready sur Le Post.fr pour la vidéo ci-dessus). Une Commission d'Enquête a été précipitemment annoncée dans la foulée, mobilisant durant tout l'été, élus, personnels administratifs, responsables associatifs et simples citoyens pour ne finalement, un peu plus d'un an plus tard, n'avoir toujours pas rendu public les conclusions. Encore une promesse non tenue de la part de notre édile socialiste comme le soulignait Olivier Deleu (UMP - opposition de droite) lors d'un précédent Conseil Municipal (de mémoire le dernier avant les vacances d'été 2010).

L'apothéose fût la nuit du 13 au 14 juillet 2009 et ses prolongations.

2009 - 2010 : Clahs politiques à répétitions



La période fût à nouveau marqués par de nombreux clahs lorsqu'à deux reprises consécitives, les élus Verts et GRR ont refusé de siéger au Conseil Municipal. Clashs à répétition, telles des métastasent qui s'éssaiment insidieusement. Mais cette fois, le problème de la Police Municipale passe au second plan. C'est la méthodologie même du Maire qui est remise en cause. Jugée autocratique. La suite, plus récente on la connaît tous (voir récapitulatif sur Le Post.fr)  : Rejet du budget 2010 par 29 voix sur 39. Dès lors, notre Maire socialiste était condamnée : Avec une opposition naturelle de droite (9 élus) et une toute nouvelle opposition de gauche (20 élus), l'édile n'avait plus aucune chance de sortir du piège mortel dans lequel elle s'était elle-même enfermée. Je dis elle-même, car s'il va de soit que la gauche toute entière porte responsabilité de la situation, la méthodologie de l'édile est principalement la cause de ce retour aux urnes.



Dès lors que son budget était rejeté par les 3/4 de son Conseil Municipal, elle n'avait qu'une seule option pour laisser la ville à la gauche : Se remettre en question, puis se retirer dignement. Elle en serait sortie grandie politiquement et en se "mettant au vert" (non, il n'y a pas de jeu de mots) quelques mois, aurait pû reprendre part pleinement au débat pour 2014.



Mais au lieu de cela, et malgré les griefs graves portés à son encontre par ses partenaires historiques et les représentants du personnel communal, l'édile portant alors 21 délégations, ce qui en soit est un dénni de démocratie, a poursuivi son chemin provoquant de ce fait la rupture d'anévrisme mortelle pour son mandat.

Alda Pereira-Lemaitre a été pour Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) ce que Raymond Doménech a été pour l'équipe de France de football : un désastre.

30 septembre 2010 : Le décès clinique de la mandature

Le Conseil Municipal de Jeudi dernier est un grand moment d' Histoire pour notre ville et les propos de Gilles Garnier sont éloquents ! Les griefs portés par ce président de groupe en disent long sur la vie dans les alcôves municipales :



Alors, de cette soirée j'en ressors heureux de voir l'édile mise face à sa lourde responsabilité dans cet échec, mais tellement désolé de constater le champs de ruine laissé derrière elle. Une ville déchirée, une ville martyrisée. Une commune où tout est à reconstruire.

Malgré ces reproches, notre futur ex-édile a annoncé sa candidature à sa propre succession. C'est son droit le plus strict.

Dès ce jeudi nous sommes donc en campagne électorale. Je ferai, dans les toutes prochaines heures un communiqué de presse, cette fois en ma qualité de Président de l'Association "JENB Productions".

Alors, pour ce dernier billet éditoriel politique jusqu'à l'élection de notre nouveau(elle) Maire(sse) :

J'attends de mon prochain(e) maire(sse) qu'il(elle) s'entoure de collaborateurs efficaces et de co-listiers émanant de tous horizons socio-professionnels aux reflets de notre communauté, redresse la ville, remette en marche la machine communale, réorganise les services pour que nos Agents Municipaux puissent travailler dans un climat serein pour se consacrer pleinement aux Noiséens et offrir un Service Public communal de qualité ;

J'attends de mon prochain(e) maire(sse) qu'il(elle) sache fédérer, unir, utiliser tous les talents, respecte son opposition, et redonne à Noisy-le-Sec tout le rayonnement que cette ville mérite et le rôle qu'elle doit jouer dans notre intercommunalité " EST ENSEMBLE " dont elle est le coeur géographique ;

J'attends de mon prochain(e) maire(sse) qu'il(elle) fasse un moratoire sur la Police Municipale jusqu'en 2014 pour donner le temps à une vaste et véritable concertation de la population sur cette thématique fondamentale, afin de redéfinir les missions de ce respectable et utile service municipal (je profite de cette occasion pour saluer le courage de Mr Le Roux et ses collègues pour leur éthique et le travail accompli malgré l'ambiance pesante qui devait peser sur leurs épaules depuis octobre 2008), tout en menant un combat actif et non virtuel afin d'obtenir que notre commissariat de Police Nationale redevienne un véritable commissariat de plein exercice avec les effectifs supplémentaires que cela implique.

J'attends de mon prochain(e) maire(sse) qu'il(elle) ressoude les Noiséens et recrée un véritable lien social en s'appuyant sur le puissant réseau associatif de notre ville, acteurs incontournables, sans les instrumentaliser ;

En conclusion, J'attends de mon prochain(e) maire(sse) qu'il(elle) soit un ou une fédérateur(trice) ayant le sens de l'intérêt commun comme obséssion permanente et mette ses enjeux personnels et ou carriéristes de coté.

Aux Noiséennes et Noiséens de s'emparer de cette opportunité qui leur a été offerte par la démission courageuse de 20 élus, de s'engager pleinement dans cette campagne électorale, de la faire vivre, de la rendre dynamique, constructive, argumentée, et que mes concitoyens se mobilisent massivement pour donner au prochain édile toute la légitimité requise reposant sur une forte participation.

Noisy-le-sec tourne une page.

Aux électeurs d'écrirent le prochain chapitre. Aux blogueurs d'y prendre part activement et respectueusement.

Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
© 02 octobre 2010 - JENB Productions

Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à jenbproductions@free.fr  avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du post

A lire également :

- Lettre ouverte à Monsieur Christian Lambert, Préfêt de Seine-Saint-Denis
- FLASH SPECIAL : Explosion du Conseil municipal de Noisy-le-Sec
- Flash spécial : Les Verts démissionnent du Conseil Municipal de Noisy-le-Sec