Vu sur la page de Véronika sur Le Post.fr

" Depuis 2 jours, on ne parle que de ça... Mais avant de prendre position, il est important de savoir le pourquoi du comment.

1er épisode : une estrade faisant partie du patrimoine historique de la ville est démontée.

2e épisode : beaucoup de gens s'émeuvent de ce sacage d'un patrimoine local important. Notre ville n'a pas la richesse patrimoniale d'autres cités, il faut préserver ce que nous avons.

3e épisode : Mme Le Maire communique... c'est pour la sécurité que nous avons démonté l'estrade.

4e épisode : certains se gaussent en disant que "ce patrimoine est chouchouté et dépoussiéré, bien à l'abri, attendant qu'il soit remonté après les élections".

Bien bien bien... Comme je suis comme Saint Thomas et que je ne crois que ce que je vois, je me suis renseignée pour savoir où était rangé ce mobilier prestigieux, si bien protégé par la commune. Après tout, il faut être certain de ce qu'on sait avant d'affirmer et critiquer ou donner son opinion.

Et je l'ai retrouvée cette prestigieuse estrade !

En pièces détachées... "soigneusement" (c'est de l'humour noir !) disposées (les pièces) à même le sol, en plein air, à la merci des intempéries fort nombreuses en cette saison (je rappelle à toutes fins utiles qu'hier, la météo était loin d'être clémente sous nos cieux nouazilandais). C'est au centre technique municipal que j'ai retrouvée sa trace... si j'avais même été à la recherche d'antiquités, il ne me restait plus qu'à prendre une camionnette et à embarquer ces joyaux dans mon humble demeure.

Les débris "fort peu chouchoutés" sont là... par terre... pitoyables reliques de ce temps révolu où on prenait soin du patrimoine municipal. J'oserai presque dire : une honte.... Pas de soin... pas de chouchoutage. Encore moins de dépoussiérage... ou alors, c'est aux cieux de faire le grand ménage.

Je vous laisse le soin de constater l'ampleur des dégats.


Alignés, en rang d'oignons... les morceaux... en plein vent... pas du tout abrités ni même couverts.

Des pièces sont posées négligemment par terre... les parties les plus fragiles sont posées directement sur le sol sans qu'aucune couverture vienne protéger le bois ancien (fragile).

Dans le hangar proche, les morceaux épars... un vrai puzzle, une vache n'y reconnaîtrait même pas ses petits.

Bref... je me dis que si c'est avec le même soin qu'on prendra soin des noiséens... il est temps de réagir.

Bon week-end à tous.

Par Véronika