Article vu sur la page de l'Observatrice sur le post.fr

" La fonction " écrire un post en réponse " présentant visiblement un bug, je précise donc en préambule que je réponds ici au posteur " Jenb productions " qui a mis en ligne le sondage suivant :

« Justice : Seriez-vous favorable aux jurys populaires  dans  les  tribunaux  correctionnels ? » 

avec  la  question suivante :

« Actuellement, les jurys populaires ne siègent que dans les Cours d'Assises pour juger les crimes. Les délits, présentés devant les tribunaux correctionnels, ne sont jugés que par des magistrats professionnels. Nicolas Sarkozy souhaiterait que les délits soient désormais jugés par des jurys populaires. Quel est votre avis ? »

Alors je rejoins ceux qui ont voté " OUI " et sans aucune hésitation. Et je vais m'en expliquer sur la base d'un témoignage vécu.

Car contrairement à ce qu’oublie de préciser le posteur " Vars " dans l'un de ses commentaires sur le post-sondage en question, il semble vouloir minimiser le rôle très important de ces tribunaux correctionnels.

Ainsi " Vars " écrit-t-il : « Surtout qu'en correctionnel ce ne sont que des petites affaires , alcool, permis, bagarres, et autres petits larcins. ».

S'il n'as pas tort, sa liste est incomplète. J'en ai retrouvé trace sur internet sur le site du Nouvel Obs.


Le 10 juillet 1998, une collègue de travail nommée Annick Brochand roule sur l'autoroute A1 en Seine-Saint-Denis. A bord de sa Peugeot 106 se trouvent ses trois enfants : 14 ans, 04 ans et le plus jeune, le petit William, est âgé de 18 mois. Il est à la crêche collective de l'entreprise et y cotoie mon fils du même âge. Sur cette portion d'autoroute la vitesse est limitée à 90km/h.

Ce vendredi soir donc (c'est la coupe du monde de foot), ma collègue circule tranquillement. Soudain, de derrière arrivent quatre "runners" à bord de BMW. Agés de 18 à 24 ans, les chauffards font la course et roulent à 170 km/h. Mais l'un d'eux percute la 106 par l'arrière. La voiture s'embrase immédiatement et se retrouve en travers. Elle est alors percutée de plein fouet par un autre " concurrent ".

La mère et ses trois enfants sont morts brûlés vifs.

Le mercredi 21 mars 2001, les trois principaux protagonistes « Filipe Oliveira et Sidonio Alves ont été condamnés à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, et Olivier Ronot à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis. » précise le NouvelObs. En soulignant que les peines étaient plus lourdes que celles requises par l'Avocat Général André Maxime Gérinier.

En comptant les remises de peines, çà ne fait pas cher payer des chauffards qui ont anéanti une famille toute entière.

Et je pense sincèrement que si ces jeunes avaient été jugés par un jury populaire, il est fort probable qu'ils aient eu des peines bien plus lourdes. Alors oui, je suis favorable aux jury populaires dans les Tribunaux Correctionnels qui ne traitent pas que de simples larcins, mais aussi beaucoup d'actes barbares de violence routière.

Et cette violence routière doit être éradiquée.

Mais pour cela il faudrait des tribunaux moins laxistes !

Aujourd'hui, William devrait avoir 14 ans.

Au lieu de cela il a été placé dans un cercueil à 18 mois. Il est parti avec une peluche de mon fils. Simplement parce que quatre chauffards ont fauché sa vie sur une autoroute de Seine-Saint-Denis.

Mais l'autre soucis est la classification d'homicide " involontaire ". Faire la course à 170 sur une vitesse limitée à 90, ce n'est plus un simple accident. Cela devrait être classé homicide " volontaire " avec arme par destination. Et donc passer en Assises.

L'observatrice "

( Sources : L'Observatrice sur Le Post ; Le NouvelObs.com )