Suite aux propos tenus par Monsieur Ahmed Mazouz, Adjoint au Maire de Noisy-le-Sec, sur l'état d'Israël et le Parti socialiste, sérieux incident que nous relations dans un article précédent, les élus Communistes, Lutte Ouvrière et Société Civile du Conseil Municipal, Pascale Labbé, Gilles Garnier, Mohammed Mechmache et Jean-Paul Burot, tiennent à apporter les précisions suivantes :



« Noisy-le-Sec, le 16 février 2011

Lors du dernier conseil municipal, nous avions proposé un vœu demandant au Maire d'organiser une votation citoyenne pour peser sur le gouvernement et le législateur afin qu'enfin les ressortissants étrangers puissent participer aux élections locales. Conscient qu'il s'agissait là d'une mesure symbolique, nous nous étions engagés à la porter dans la récente campagne électorale. Ces référendums locaux ont déjà été organisés dans de nombreuses villes de France.

Le groupe socialiste a rapidement fait part de son soutien. Quant au groupe de la majorité présidé par Madame Rivoire, il n'a pu, semble-t-il, se satisfaire des explications purement de techniques et administratives qu'elle a utilisées. Les arguments de l'ex Maire tenaient plus du contrôle de légalité que d'un positionnement politique. De nombreux élus de la majorité se sont exprimés au cours de ce débat dans une confusion de positionnement et de propos. Certains ne cachaient pas leur gêne à devoir ainsi prendre position sur un sujet à la fois local mais aussi éminemment politique, qui était en contradiction avec leur engagement. Pour d'autres, comme l’adjoint au Maire en charge de la culture, on sentait monter des relents de cette droite archaïque et toujours méfiante à l'égard des étrangers.

C'est dans ce contexte confus de ce groupe de la majorité, manifestement uni sur un contenu politique fort mince, que l'Adjoint au maire en charge de la jeunesse et des cultures urbaines a dans une même phrase abordé le vote des femmes, le comportement de la gauche et de la droite sur la nourriture Hallal et enfin, le soutien du PS à un Etat "raciste" Israël. Ces propos sont condamnables et nous souhaitons qu'il les retire. Si tous les partis représentés au Conseil Municipal reconnaissent et défendent l'existence d'Israël, ils n'ont pas, c'est vrai, la même approche à l'égard de la politique du gouvernement israélien. Si les différentes composantes de notre groupe condamnent l'attitude des autorités israéliennes à l'égard du peuple palestinien, elles n'ont jamais accolé le mot de "raciste" au nom d'Israël.

Avant que de s'engager en politique, aux côtés du Nouveau Centre et de l’UMP il convient aux élus issus de la société civile de toujours vérifier les principes et les valeurs de ceux à qui on est associé. Quand à l'attitude du parti socialiste à l'égard des autorités israéliennes, elle est souvent bien timide dans la critique comme d'ailleurs elle l'a été à l'égard des régimes Tunisien et Egyptien dont les partis au pouvoir ont été membres jusqu'il y a peu de l'internationale socialiste.

Pascale Labbé, Gilles Garnier, Mohamed Mechmache, Jean-Paul Burot. »

Ce communiqué rejoint celui diffusé hier par les élus Verts, ce qui montre la cohérence de ce groupe d'opposition dont le Président est le Conseiller Général Gilles Garnier (PC).

Six jours après les propos pour le moins maladroits de ce nouvel et jeune élu, ce dernier n'a pas apporté, à notre connaissance, d'explication ou d'excuse publiques.


Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
© 16 février 2011 - JENB Productions

à lire également sur Le Post :

- Antisemitisme : le nouveau maire-adjoint en charge de la jeunesse a-t-il-derape-sur l état-d'Israel et le parti socialiste en fin de-conseil municipal ? (déjà 34'000 vues et 137 réactions)

- Logements sociaux : L'attibution anonyme est-elle une utopie ?

- Bon appétit : Cailles flambées au whisky accompagnées de riz sauce champignons