Arc Express et autres projets de transports

Pour mémoire, le projet « Arc-Express » est un mode de transport en commun sous forme d'un métro (A lire également sur ce sujet notre article du 16 février 2010). Il fût connu sur le nom d' « Orbival » ( dans sa section sud Val-de-Marnaise, département qui a travaillé de longs mois sur cette portion initiale en sachant briser les clivages politiques pour le bien commun) ainsi que « Métrophérique », et ne doit pas être confondu avec le supermétro de Christian Blanc également surnommé le " Grand-Huit ".


Dans la suite du texte, le terme " Arc-Express ", dénomination officielle retenue, désigne donc ce qui fut appelé également « Orbival » et « Métrophérique ».

Le projet « Arc Express » doit tenir compte également des autres projets de transports en commun que sont :
- Le prolongement de la ligne de tramway T1, prévue initialement jusqu'à Val-de-Fontenay ;
- Le prolongement de la ligne de métro M11 jusqu'à Rosny-Bois-Perrier ;
- Le prolongement de la ligne de métro M9 jusqu'à Montreuil-Mozinor ;
- La création de la tangentielle Nord à partir de Noisy-le-Sec en direction du Val d'Oise ;
- Le prolongement du tram-train T4 de Aulnay-sous-Bois à Bondy jusqu'à Noisy-le-Sec.

Si les parties sud (de Meudon à Créteil) et nord (La Garenne-Colombes à Aubervilliers) sont aujourd'hui presque finalisées en terme d'études de tracés, il en est autrement des parties ouest et est.

Le secteur Est d'Arc Express

C'est le secteur qui concerne tout particulièrement nos lecteurs habituels. D'autant que les études actuelles semblent ignorer la plus grande gare de l'est francilien sur le plan de la fréquentation : Noisy-le-Sec (30'000 passagers/jour comme le rappelait récement le Conseiller Général Gilles Garnier sur le plateau de La Chaine Parlementaire).

Ariane Ego-Chevassu, présidente d'honneur de « l'Association noiséenne pour la qualité de l'environnement, du cadre de vie et des transports urbains » plus connue sous le sigle « tram-Non », association créée en 2001, et Jean-Luc Simon, membre du C.A., ont suivi la concertation nationale de débat public (Une quarantaine de réunions de septembre 2010 à janvier 2011) et ne cachent pas leur colère : «J'insiste car nous étions les seuls représentants de la ville. Il n'y avait pas d'élu[NDLR : de Noisy-le-Sec] » souligne Ariane Ego-Chevassu. 

Malheureusement il faut rappeler à nos lecteurs qu'à cette période, après 30 mois de déchirements internes au sein de la majorité de gauche (Vidéo) , les six élus Verts Europe-Écologie présentaient leurs démissions suivis quinze jour plus tard par les treize élus Communistes, Lutte Ouvrière et société civile. La maire socialiste de l'époque était ainsi lachée par les 2/3 de sa majorité, et la ville se préparait pour des élections municipales partielles.

La position de la Maire socialiste de l'époque, mise en minorité au sein même de sa majorité, depuis de nombreux mois et son refus à admettre cette situation ubuesque  et d'en tirer les conclusions inéluctables en  démissionnant, à donc, non seulementpermis à la droite de reprendre la ville - un comble pour une élue de gauche - mais, plus grave, n'a pas donné l'occasion à nos élus de défendre un projet qui nous concernait, nous tous, Noiséennes et Noiséens de toutes sensibilités : Le passage d' " Arc-Express " dans notre ville. Un sujet pourtant bien plus fondamental pour l'intérêt général que les querelles d'égo éxacerbés qui ont fait de cette courte mandature socialiste la plus calamiteuse mandature de gauche depuis un demi siècle.

Noisy-le-Sec exclue de ce métro en rocade ?

« Malheureusement, les problèmes de désaccords politiques dans la ville ont fait que nous avons manqué ce rendez-vous. Il faut bien le dire. Nous ne sommes pas là pour juger les positions des uns et des autres, mais à être occupés par des débats de politique locale, cela a eu quand même pour conséquence que la ville de Noisy-le-Sec a été complêtement absente de cette concertation nationale » poursuit la présidente d'honneur de cette association.

En effet, dans un article titré « Union sacré du 93 et du 94 pour le supermétro » paru dans le quotidien régional Le Parisien sous les plumes conjointes de Louis Moulin et Julien Duffé en date du 25 janvier 2011, il est fait état du parcours choisi. Et Noisy-le-Sec, pourtant plus grande gare de l'est francilien n'y est pas incluse ! 

Le tracé retenu passe en effet par Bobigny cité administrative, le pont de Bondy, Bondy-gare, Rosny-sous-Bois, Neuilly-sur-Marne. (Tracé en vert sur l'infographie du Parisien). « Cela nous concerne de près, car Noisy-le-Sec a toujours fait partie d'un fuseau d'étude qui est toujours actuel. C'est une proposition [NDLR : Le tracé sus-désigné] du Conseil Général, de Monsieur Bartolone, et c'est inscrit  dans ce débat public et à ce titre, il à fait une proposition. Mais il ne faut pas la présenter comme une proposition unilatérale » poursuit Madame Ego-Chevassu.

« Cela a été voté par les membres du Conseil Général, mais beaucoup, depuis, regrettent leur vote, leur précipitation » renchérit Jean-Luc Simon qui souligne par ailleurs la qualité du travail du secteur sud-est (Ex-orbival) de l'ensemble des sensibilités politiques.

« Nous avons toutes les preuves que Noisy-le-Sec a toujours fait partie du fuseau d'études pour le STIF. C'est pourquoi nous nous y sommes interessés et avons été force de proposition pour un tracé d' " Arc-Express " qui ferait une synthèse et qui pourrait être consessuelle » selon Madame Ego-Chevassu.

Une proposition en effet qui s'avère pourtant un bon intermédiaire entre le tracé le plus proche de Paris (en bleu sur la carte ci-dessous / infographie : document de concertation publique par le STIF), abandonné semble-t-il en raison de sa proximité de la Capitale et le tracé retenu actuellement par le Conseil Général plus proche du supermetro dit " Grand-huit " de Christian Blanc dont il est prévu qu'il desserve Aulnay, Sevran-livry, clichy-Montfermeil et Noisy-Champs (tracé rouge sur la cartographie du Parisien).


« Le tracé que nous proposons [ Tracé en violet sur la carte ci-dessous] permet de répondre aux besoins de Madame Valls [NDLR : Maire de Romainville] place Carnot, et de répondre aussi aux demandes des habitants de Montreuil, en particulier du Haut-Montreuil qui sont actuellement en attente du tramway T1. Et aujourd'hui, nous sommes dans l'urgence. Car la ville de Noisy-le-Sec a manqué ce rendez-vous fondamental pour le développement de la ville.Pourtant la ville de noisy est au coeur de cette décision. Notre proposition a du sens, elle pourrait mettre tout le monde d'accord, à condition bien-sûr que les élus du Conseil Général acceptent de revenir sur leur position, position qui évite soigneusement la gare de Noisy-le-Sec, pour faire passer par Bondy cette branche d' "Arc-Express " [ Tracé vert sur le plan ci-dessus] » poursuit ainsi Madame Ego-Chevassu.


« Le sud et le centre du 93 sont complètement abandonnés par le tracé du Conseil Général » insiste Jean-Luc Simon.

Arc-Express contre prolongement du tramway T1 ?

« Il y a une raison à cela : C'est le prolongement du tramway T1. Donc nous sommes finalement victimes du financement du prolongement du T1, qui aura pour conséquences, s'il est réalisé, de nous priver de ce métro. C'est tout de même paradoxal » explique la présidente de cette association.

Il convient toutefois de rappeler à nos lecteurs que le STIF a, en date du 8 juillet 2009, validé le prolongement du tramway T1 par le tracé n°1, dit tracé "Jaurès", avec éventuellement une voie banalisée comme l'avait suggéré Jean-Paul Lefebvre, Président du groupe socialiste au Conseil Municipal d'alors.

« Comme ces différents projets relatifs au grand paris ont été très rapides, plus vite qu'on ne l'espérait et c'est tant mieux. Nous nous inscrivons dans cet intérêt général. Mais du coup il faut ré-examiner les décisions concernant le T1. Elles sont à réfléchir à nouveau. Surtout que ce prolongement coûte extrêmement cher. » rappelle Madame Ego-Chevassu.

Et Jean-Luc Simon de souligner : « Il est évalué à 480 M€ en 2008 - hors matériel roulant - et on en est à plus de 600 M€ aujourd'hui, ce qui fait un prix au Km plus proche du coût du métro

Vers un nouveau consensus ?

Un métro est évidemment un véritable levier économique. De plus, il est incontestable que le tracé d' " Arc-Express " sans passer par la gare la plus importante de l'est-francilien est une abération. 

L'association Tram Non suggère donc que son tracé, plus central dans le département soit éxaminé avec attention, d'autant que cette hypothèse résoud le problème du prolongement du T1. 

Autre suggestion de l'association étant de tracer " Arc-Express " par Bobigny Hôtel-de-ville, carreffour de la folie (Desserte ouest de la grande ZAC de l'Ourcq à l'étude), Corniche des Forts (Desserte du parc départemental en cours de construction), place Carnot à Romainville (Correspondance avec métro M11), haut-Montreuil, Montreuil-Mozinor (correspondance avec le métro M9), Mur à Pêches et Val-de-Fontenay.

Dans cette Hypothèse, le tramway T1 ne nécessiterait plus qu'un prolongement par le tracé dit Ouest jusqu'à la Corniche des Forts (Correspondance avec " Arc-Express " ).


Un projet qui mérite réflexion

Cette association, qui s'est beaucoup investie dans ces études propose une solution alternative qui mérite qu'on s'y attarde. D'autant que l'arrivée d' "Arc-Express" par la gare de Noisy serait l'occasion de reconfigurer complêtement cette gare devenue obsolète par rapport à sa fréquentation pour la transformer en un véritable Pôle-Gare multimodal.

Pour conclure sur les transports à Noisy

On ne peut appréhender les transports sans évoquer la circulation automobile.

Or, de la concertation tramway en décembre 2008, il ressort que 80% (c'est énorme) du trafic automobile à Noisy-le-Sec est un trafic de transit. Source denombreuses nuisances (sonores, pollution, accidentogène) sans aucune contrepartie positive sur le tissu économique de notre ville.

Il conviendra donc à notre nouvelle municipalité, en concertation avec les nouveaux Conseils de quartiers, de repenser intégralement la circulation dans notre espace communal afin de réduire ce pourcentage exorbitant en favorisant les circulations douces et les transports en communs.

Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
© 13 avril 2011 - JENB Productions

A lire également sur nos pages :

- Lynchage à Noisy-le-Sec : Le débat s'invite sur La Chaine Parlementaire
- Encore une fuite de gaz à Noisy-le-Sec
- Lynchage à Noisy-le-Sec : Le grand et inquiétant silence des associations de lutte contre les discriminations
- Indignation des élus après le lynchage de Noisy-le-Sec

-Forcené maitrisé par le RAID : Quelles étaient ses motivations
-SUR PLACE : Un preneur d'otages forcené maitrisé par le RAID (Vidéo)
-SONDAGE : Pour ou contre l'armement des Polices Municipales ?
-Démocratie participative : Relance des nouveaux Conseils de Quartiers