Il était aux environs de 17 h 45 lorsque s'est produit un accident au cours duquel un jeune noiséen du centre-ville, âgé de 19 ans, a été sérieusement blessé.

Accident grave à Noisy-le-Sec le 14 avril 2011 : Ambulance de réanimation des Pompiers de Paris
© E. Nicolau / JENB Productions

Il grille un feu rouge et percute une voiture

Le jeune homme, qui circulait sur un deux-roues, non casqué, dans le couloir de bus de la rue Jean Jaurès à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) a franchi au rouge le feu tricolore et à percuté de plein fouet la portière avant-droite d'un véhicule qui, lui, circulait dans le même sens, sur la voie de circulation générale et qui a viré à droite au feu vert du croisement avec la rue Bouquet, véhicule occupé par un couple de personnes âgées.

Accident grave à Noisy-le-Sec le 14 avril 2011 : Les premiers secours
© E. Nicolau / JENB Productions

Sous la violence du choc, l'air-bag latéral de la voiture s'est déclenché, protégeant par-là même la passagère avant. D'ailleurs il n'a semble-t-il pas eu le temps de ralentir, la chaussée ne portant trace d'aucun freinage.

Le conducteur du deux-roues a ensuite été propulsé contre le mur du café qui fait l'angle de ces deux rues et s'est retrouvé allongé à cheval sur le trottoir et la chaussée.

A cette heure, c'est une foule nombreuse, dont plusieurs amis du blessé, qui s'est formée au point que les policiers ont dû élargir le périmètre de sécurité pour permettre aux secours de travailler dans de bonnes conditions.

Accident grave à Noisy-le-Sec le 14 avril 2011 : Les premiers secours
© E. Nicolau / JENB Productions

D'importants moyens de secours et des élus sur place

Très rapidement, la Police Nationale ainsi que la Police Municipale se sont rendues sur les lieux. A leur arrivée, le deux-roues avait disparu.

Les Sapeurs-Pompiers de Paris ont dépêché sur les lieux le VSAV (Véhicule de secours à victimes) de Bondy pour prodiguer les premiers soins. En raison de la violence du choc et face aux lésions constatées, ils ont fait appel au renfort d'une ambulance de réanimation (AR) de la BSPP.

Accident grave à Noisy-le-Sec le 14 avril 2011 : Ambulance de réanimation des Pompiers de Paris
© E. Nicolau / JENB Productions

En l'absence du Maire Laurent Rivoire (NC), c'est le Maire-Adjoint Dref Mendaci qui s'est déplacé sur les lieux pour le représenter et s'enquérir de l'état de santé du blessé. Il a été rejoint par Yveline Jen, élue d'astreinte.

Le blessé, qui n'a pas perdu connaissance, mais dont il était craint une lésion du rachis a été rammassé sur une planche Olivier (plan dur servant à éviter les mouvements de la colonne vertébrale pendant le tranfert) avant d'être d'abord éxaminé dans le VSAV, à l'écard de la foule, puis transféré dans l'AR venue en renfort pour qu'un médecin l'examine avant son transport.

Il a été évacué par l'équipe médicale, toujours conscient, à l'hôpital de Montreuil pour y subir des examens complémentaires.

Une enquête de police a été ouverte.

Une imprudence qui aurait pu lui coûter la vie

Car avec le retour des beaux jours, certains décident de ressortir leurs engins à moteur : motos de cross, mini-motos, quads pour circuler en ville, en toute imprudence. Interrogé à ce sujet, Derf Mendaci s'est déclaré « (...) tout d'abords rassuré. Malgré la violence du choc qui pouvait laisser craindre le pire, les premières nouvelles transmises par les secours sont plutôt rassurantes. Le blessé n'a pas perdu connaisssance et à pu répondre aux questions de l'équipe médicale qui l'a pris en charge, ce qui est un bon signe, même s'il  est encore trop tôt pour se prononcer. »

Accident grave à Noisy-le-Sec le 14 avril 2011 : Les premiers secours
© E. Nicolau / JENB Productions

Et l'élu de poursuivre « Il est incontestable qu'il y a eu imprudence. Et les jeunes adultes qui s'adonnent à ces activités doivent absolument comprendre que l'imprudence sur la route peut coûter très cher. Aujourd'hui, il semble, d'après les premières informations, que ses jours ne soient pas menacés. Mais il aurait pu y laisser sa vie. il y a déjà eu par le passé des accidents graves voire mortels, et visiblement cela n'a pas fait prendre conscience à ces jeunes des risques qu'ils encourrent. J'espère que cet accident les incitera à plus de prudence à l'avenir. »

Un avis partagé par les élus du Groupe « Rouge et Verte, la gauche ensemble »


Groupe qui comprend six  élus d'opposition municipale (PC - LVEE - LO - Société Civile) qui nous a fait parvenir ce soir un  court communiqué, signé de Patrick Lascoux, dont voici la teneure : « Un peu avant 18h, un jeune Noiséen a percuté violemment une voiture à la jonction des rues Bouquet et Jean Jaurès. Sur une petite moto de cross, sans casque, il remontait le couloir de bus à vive allure. Le choc a été d’une extrême violence.

A cette heure, nous ne pouvons qu’espérer que son état ne soit pas trop critique. Nous apportons notre soutien à ses proches et aux passagers du véhicule heurté.

Aussi, nous avons envie de mettre une fin aux infractions et violences routières qui trop souvent riment avec insécurité et brisent des vies et des foyers. Il est toujours utile de rappeler encore et encore à la prudence et aux évidences : en deux roues, le port du casque est obligatoire.

Force est de constater que l’insécurité est trop souvent routière ; quand nous avons été en responsabilité, nous avons entrepris un plan de prévention et la réalisation d’aménagements de sécurité notamment aux abords des écoles. Ce programme doit être continué. Face à de tel événement, cette engagement prend malheureusement tout son sens, la sécurité se définit par un principe simple : « Tout ce qui peut arriver, arrive … ».

Il y a quelques jours, une hausse de 49% de la mortalité en deux roues était annoncée, un bien triste constat d’échec malgré la vidéo surveillance renforcée de nos routes.

Notre département est particulièrement concerné par ce type d’accident, de l’insouciance des plus jeunes à l’inconscience du téléphone au volant, dans l’intérêt de tous, la tolérance n’a pas sa place en matière de sécurité routière et doit impérativement s’accompagner de réel moyen dédié à la prévention. »


Un accident pourtant prévisible... de longue date

Avec le retour des journées ensoleillées, il faut bien reconnaitre que ces virées à deux, trois ou quatre roues se font plus fréquentes. Et ceux qui s'adonnent à ces pratiques non seulement prennent d'énormes risques pour eux-mêmes, mais de plus représentent un danger pour les autres, et en particuliers les petits qui jouent au vélo ou au ballon sur cette place des Découvertes.

Les forces de l'ordre, qu'il s'agisse de Police Nationale ou Municipale, ont visiblement des consignes pour ne pas intercepter ces jeunes qui ne respectent aucune des régles les plus élémentaires de prudence sur la route.  On peut d'ailleurs qualifier ce type de comportement de " délinquance routière ". Car ce que certains qualifieront d' " accident " n'est en fait que la résultante d'infractions cumulées : Vitesse excessive, non port de casque, non respect de la signalisation tricolore, circulation dans des espaces interdits, réservés ou pietonniers., défaut de maitrise du véhicule. On peut comprendre ces consignes, que l'on pourrait probablement désigner sous le " Syndrôme de Villiers-le-Bel ", de crainte qu'une tentative d'interpellation ne vienne à déraper.

Mais à force de trop de laxisme en ce domaine récurrent,  et qui augmente inéluctablement à l'approche des beaux jours, on n'en obtient pas moins pour autant des accidents graves.

Aujourd'hui, il semble, sous réserve d'éxamens ultérieurs, que le bléssé s'il a été sérieusement atteint ne voit toutefois pas son pronostic vital engagé. Mais il aurait pu se tuer.

Avant de monter sur leurs engins, la prochaine fois, car malheureusement il y aura " une prochaine fois ", ces gamins feraient bien de se remémorer les larmes versées et les pleurs interminables de leur Père, de leur Mère, de leurs Frêres et Soeurs.

Le droit à l'image et à l'intimité primant de part la loi, j'ai volontairement flouté tous les visages visibles sur les photos prises lors de ce triste évènement. Mais j'aurais aimé vous montrer  une photo en particulier : Celle d'une femme en pleurs, sans doute une très proche du bléssé, peut-être une mère, une soeur.... ? Qu'importe. Une autre, où l'on voyait les visages inquièts de tous ses potes...

Ouf !  Aujourd'hui,  il semble qu'on a échappé au pire... Mais demain ?

Alors, avant qu'il ne soit trop tard...

© Licence Créative Commons non commercial - Photomontage réalisé par JENB Productions sur la base d'images trouvées sur internet

Jean-Emmanuel Nicolau-bergeret
© 13 avril 2011 - JENB Productions

A lire également sur nos pages :

- Transports en ile-de-France : Noisy-le-Sec a-t-elle manqué son rendez-vous avec Arc-Express ?
-Lynchage à Noisy-le-Sec : Le débat s'invite sur La Chaine Parlementaire
-Encore une fuite de gaz à Noisy-le-Sec
-Lynchage à Noisy-le-Sec : Le grand et inquiétant silence des associations de lutte contre les discriminations
-Indignation des élus après le lynchage de Noisy-le-Sec

-Forcené maitrisé par le RAID : Quelles étaient ses motivations
-SUR PLACE : Un preneur d'otages forcené maitrisé par le RAID(Vidéo)