Faits-divers

NOUVEAUX FEUX DE VOITURES

Il faut bien l'admettre, depuis le début de l'année, on trouvait notre ville apaisée, tant au plan politique que sur le climat social.

D'ailleurs, la nuit de la Saint-Sylvestre, pourtant traditionnellement réputée " chaude ", s'était déroulée dans le calme, sans incident majeur, et même des moments de liesses au douzième coup de minuit,  dans notre ville de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). La Gendarmerie mobile, qui avait stationné deux cars dans le haut de la rue Jean Jaurès, par sa présence discrête mais dissuasive, patrouillait à pied très régulièrement, par petites équipes de trois, dans le centre-ville. Et bon nombre de véhicules de Police sillonnaient le territoire de la commune. Une tactique à mon sens bien plus efficace que le déploiement de force de la dernière Fête Nationale.

Hormis quelques incidents isolés de voie publique ces dernières semaines, notre ville avait retrouvé une certaine sérénité, après trois ans de tensions politiques et d'actes de délinquance à répétition.

Feux de voitures :  cas isolés ou reprise ?

Malheureusement, plusieurs incendies de voitures nous ont été signalés ces derniers temps.

Le dernier en date, à notre connaissance, s'est déroulé lundi 23 mai en début d'après midi à la hauteur du 30 avenue Vaillant Couturier losrqu'un incendie de voiture s'est déclaré face à un garage (photo  ci-dessus). La circulation a été neutralisée sur cette voie départementale (D116) au fort trafic automobile, par un équipage de la Police Nationale (Photo ci-dessous) épaulé d'un équipage de notre Police Municipale, le temps que les Pompiers de Paris, très rapidement arrivés sur place, procèdent à l'extinction du sinistre. .

Dilemne : Informer ou passer sous silence ?

Car voilà bien le dilemne qui se pose à nous.

Car si la population de Noisy-le-Sec ne cesse de réclamer, depuis des années, le retour à un commissariat de plein exercice dans notre ville et des patrouilles plus nombreuses, c'est bien parce que les noiséennes et noiséens ressentent un climat insécure voire ont eu à vivre des faits de délinquance comme Jaqueline (*) qui témoignait sur nos pages il y a peu. On ne peut donc pas réclamer plus de moyens si dans le même temps nous taisons tous les faits-divers qui justifient une telle requête de la population.

A l'inverse, évoquer les faits survenus en les illustrant de clichés pris sur place, s'est aussi offrir une " vitrine " des actes de délinquance à leurs auteurs, tels des trophées, ce qui peut alors provoquer une réaction inverse à celle recherchée : Réactiver des faits délictuels.

Et même lorsque tout va bien, comme cette nuit de la Saint-Sylvestre évoquée plus haut, difficile pour nous d'en faire un billet positif dès le lendemain. C'est forcément frustrant pour nous puisque bien-sûr nous préfèrons rédiger des articles qui mettent en valeur positivement notre ville. Mais, si dès le 1er janvier, nous avions mis en ligne un billet précisant que tout s'était bien passé la nuit précédente, s'était prendre le risque d'inciter une poignée d'individus à nous prouver le contraire dès la nuit suivante.

 

Alors quelles solutions ?

La première réaction pourrait consister à tout taire :  Mais un média local internet, fusse-t-il associatif, a pour but d'informer le plus objectivement et le plus sérieusement possible notre lectorat. Nous taire revient donc à mentir par omission à nos lecteurs. Cette option n'est donc pas envisageable.

La seconde possibilité : Ne pas publier à chaud et évoquer les faits bien ultérieurement. D'une part c'est contraire à la réactivité que doit avoir un média et de toutes façons d'autres internautes risquent d'évoquer les faits. Cette possibilité est envisageable par exemple pour une situation positive comme la Saint-Sylvestre qui peut être évoquée ultérieurement, à froid, à l'occasion d'un billet futur, comme c'est le cas du présent article. En revanche, ce n'est pas possible pour des faits négatifs.

Pour cette dernière situation, une autre option consisterait à traiter l'information à chaud mais en habillant l'article d'images d'illustration non directement lié à l'évènement lui-même : Comme par exemple cette voiture brûlée rue Pierre Sémard la semaine dernière (photo ci-dessous) dont nous avons attendu l'enlèvement lundi dernier en début de soirée. Ainsi on ne montre pas " le trophée " à leurs auteurs, mais seulement les traces laissées et qui prouvent les faits sans pouvoir servir de vitrine aux auteurs.


Alors cas isolés ou prémices d'une reprise ? Espérons qu'il s'agissent de cas isolés au moment où notre ville a retrouvé un peu d'apaisement.

Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
© 25 Mai 2011 - JENB PRODUCTIONS



Nos articles récents

- Un spetuagénaire retrouvé mort et ligoté dans sa maison de retraite (infos et réactions des élus à 21h30)
- Le Maire de Noisy-le-Sec termine la fête à l'hôpital
- 
Odeur suspecte à la maison de retraite : Les pompiers arrivent en force
- 
Agression à Noisy-le-Sec : La victime témoigne
- 
Les pompiers déplacent douze véhicules à noisy-le-Sec

Références

JENB Productions ;