Tramway T1


Le tissu économique menacé




Par
Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
Cet article n'engage que l'opinion de son auteur

Les Noiséens, au premier rang desquels les commerçants du centre-ville, se montrent particulièrement hostiles au prolongement est du tramway T1 par la rue Jean-Jaurès, axe économique majeur de la commune de Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis.
 

Tramway T1 Noisy-le-Sec © JENB Productions(2)

Dans une interview accordée à Noisy-Web-Tv, la plateforme vidéo de la Ville, le maire Laurent Rivoire a réaffirmé son « opposition ferme et définitive » au projet présenté par le Stif, l'autorité régulatrice des transports d'Ile-de-France présidée par le socialiste Jean-Paul Huchon, qui prévoit le prolongement de la ligne vers Romainville, Montreuil, Rosny-sous-Bois et Val-de-Fontenay en passant par la rue la plus commerçante de la commune. Plus de 160 commerces sont concernés, dont « une trentaine directement impactés par des suppressions d'étals et de terrasses ». 

L'édile confirme là sa position déjà annoncée lors des réunions publiques de l'année passée, ainsi qu'à l'occasion des cérémonies de voeux où il fut très applaudi sur cet item en particulier.

En lieu et place de ce projet « qui va détruire le centre ville et le commerce de proximité », le maire propose un tracé alternatif par la Plaine-ouest : « C'est un quartier en devenir qui nécessitera des infrastructures de transports dans lesquelles le tramway T1, selon le tracé que nous proposons, pourra parfaitement s'inscrire et prouvera toute sa cohérence ».

Le maire souligne tout l’intérêt qu'il porte à ce type de transport de proximité : « Je suis pour le tramway, mais pas par le centre-ville ».

inquiétude des acteurs économiques

Il est vrai que le secteur limitrophe de Romainville, Bobigny et Pantin est en pleine mutation : le parc de la Corniche des forts sera, dans quelques années, le plus grand espace vert de la région parisienne et nécessitera donc une desserte de proximité qui soit à la hauteur des enjeux économiques et environnementaux. A une période où les franciliens commencent à intégrer de nouveaux concepts de déplacements plus respectueux de notre qualité de vie, il serait absurde de les inciter à utiliser leur voiture pour se rendre dans ce vaste espace vert, où leur seront proposés de nombreuses activités ludiques et récréatives, faute d'une desserte collective de proximité efficace et de qualité.

De même, le groupe scolaire Léo-Lagrange, dont la capacité d'accueil va être doublée d'ici à la rentrée scolaire 2014, passant de 16 à 32 classes [NDLR : livraison première tranche prévue pour septembre 2013], va profondément modifier l'attractivité de ce quartier intégré au vaste projet
Zac de l'Ourq. Considérant qu'une telle infrastructure de transport nécessite de se projeter au delà de la durée d'un mandat régional, mais bien de créer le cadre de vie de la génération qui nous succède, il convient de prendre en compte ces projets d'urbanisme et de les intégrer à l'étude pour se rendre compte de la pertinence du tracé proposé par le maire.  

Laurent Rivoire devrait par ailleurs trouver, dans cette proposition, le soutien d'une partie au moins de son opposition, en la personne d'Alda Pereira-Lemaitre, à laquelle il avait succédé en décembre 2010. L'ancienne maire socialiste [NDLR : aujourd'hui élue S.E. proche du PRG] n'avait pas caché, dès 2008, sa préférence pour le secteur ouest, s'opposant même à plusieurs élus de sa majorité, dont des élus de sa sensibilité politique d'alors, sur ce sujet qui aura, pour partie, miné sa mandature écourtée.  Elle avait parfaitement compris les enjeux d'urbanisme.

Enfin, il ne faut pas oublier Nicole Rivoire qui, dès 2005, avait proposé un tracé ouest sous l'impulsion des acteurs économiques déjà inquiets de la destruction de leur outil de travail et du cadre de vie.

C'est donc un édile soutenu par ces deux prédécesseurs qui s'oppose au coûteux projet du Stif (estimé à 550 M d'euros) alors même que des projets de métro viennent s'ajouter au schéma directeur puisque la ligne 11 de la Ratp va être prolongée et se superposer, au moins partiellement, sur Romainville et Montreuil. Montreuil qui devrait par ailleurs voir se déplacer vers l'est francilien son actuel terminus de la ligne 9 de la même régie.

Les commerces de proximité sont en grande souffrance. Ils subissent déjà le contre-coup des longs travaux d'assainissement depuis plus d'un an et demi dans un contexte économique national fortement dégradé. Il est inenvisageable que les Noiséens laissent dépérir le peu de commerces qu'il leur reste. Un nombre important de Noiséens se retrouveraient par ailleurs licenciés par des opérateurs économiques dont la faible trésorerie ne leur permettra pas de survivre à la durée des travaux.

Enfin, il y a lieu de tenir compte du marché aux comestibles, dont la volumineuse logistique tri-hebdomadaire est absolument incompatible avec la circulation de tramways. Le projet du Stif annonce la disparition de ce marché aux étals variés et négoces de bouche de qualité. Il n'est pas certain que les Noiséens accepte la spoliation de cette offre commerciale de proximité à prix raisonnables, d'autant plus dans le contexte de crise majeure qu'ils traversent avec un effondrement substantiel de leur pouvoir d'achat. 

     Tramway T1 Noisy-le-Sec Décembre 2008 05 © Archives JENB Productions 

Un tracé novateur face à un projet déjà obsolète

Certes, le tracé ouest proposé aujourd'hui par Laurent Rivoire n'est pas identique à celui soumis à la concertation publique de 2008.  Il est plus innovant : il apporte un réel bénéfice aux Balbyniens [NDLR : habitants de la Ville Préfecture] qui auront un accès bien plus rapide à la Place Carnot de Romainville, desservira le plus grand parc régional et surtout deviendra l'outil de transport de proximité pour les milliers de Noiséens qui vont s'implanter dans ce secteur métamorphosé dans la prochaine décennie.  Ce quartier, actuellement à prédominance industrielle, verra naître très rapidement, avec l'arrivée de cette nouvelle population dans de l'immobilier neuf à taille humaine, la naissance de nouvelles infrastructures de services publics, de nouveaux équipements sportifs, de nombreux commerces de proximité et pourquoi ne pas envisager d'y emménager une zone hôtelière voire un bel équipement culturel au large rayonnement qui pourrait recevoir des manifestations d'envergure nationale. 

Face à cette projection réaliste d'un maire proche de sa population, il faut bien reconnaître la désuétude du projet technocratique et destructeur porté par le président socialiste du Stif.  Quitte à dépenser plusieurs centaines de millions d'euros des contribuables, autant leur proposer un équipement qui ne soit pas obsolète avant même d'être livré, comme c'est souvent le cas.

Inquiétude pour les secours

Enfin, pour conclure mon propos, faudrait-il souligner la problématique de la sécurité publique en son sens large. Car si le nouveau poste de Police municipale récemment inauguré complète bien le maillage et la répartition territoriale de nos fonctionnaires de police municipale et d'état, l'implantation du tramway rue Jean-Jaurès pose la problématique des sapeurs-pompiers. La ville de Noisy-le-Sec est couverte en premier départ par le centre de secours principal de Bondy. La rue Jean-Jaurès est, pour nos secouristes du quotidien, un axe stratégique d'intervention, de surcroît avec des véhicules de gros gabarits. La caténaire [NDLR : ligne aérienne d’alimentation électrique]  posera forcément des soucis graves de déploiement des échelles aériennes en cas d'incendie dans l'un des nombreux immeubles qui jalonnent cette rue, tout comme déjà leur progression est rendue difficile dans la traversée du quartier  " Petit-Noisy " depuis l'implantation du tramway en 2003.  

 

Ce dossier tramway s'annonce comme un dossier majeur des prochains mois.   

Auteur : Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret 
© 21 mars 2013 - JENB Productions - Noisy-le-Sec 

 abonnement Newsletter blog JENB Productions  


logo a lire également sur nos pages JENB Productions

Justice : Fissures dans la laïcité républicaine

Social : Quelle politique familiale pour demain ?

Détente : Noisy-le-Sec sous la neige

Environnement : Les berges de l'Ourcq font peau neuve à Noisy-le-Sec

Politique nationale : Moi, président de la République

Web-Tv : Le JT vidéo du 8 mars 2013 (Journée de la Femme)

Évènement : 
La générosité féminine à l'honneur à Noisy-le-Sec

Économie : La France attire moins les touristes


logo contact JENB Productions

AA logo nos lecteurs nous alertent Vous êtes témoin d'un évènement à Noisy-le-Sec ? Contactez-nous :

alerteinfo@jenbproductions.fr ou en cas d'urgence 06.15.84.91.01