Lorsque vous entrez dans la salle Roger Gouhier¹ à l'Hôtel de Ville de Noisy-le-Sec, vous voici propulsé en douceur dans le XIXème siècle, à une période où la ville comptait moins de 2.000 habitants et n'était entourée que de champs et fôrets. En 1838 débute en effet la construction de la première école de la ville : L'école Cottereau, sur les plans de l'architecte départemental Lequeux.

Car, pour célébrer la 26ème édition des journées du patrimoine, la municipalité a décidé de consacrer une exposition à l'histoire de l'enseignement au travers de ses bâtiments scolaires. Avec ce fil conducteur en filigrane, vous  voici transportés à l'époque de Jules Ferry et ses lois de 1881 puis 1882 qui créèrent l'enseignement laïc et gratuit que l'on connaît encore aujourd'hui, même si l'exposition fait référence à quelques dates antérieures.

Mais, à travers cet historique très documenté sur nos écoles, c'est tout un pan de notre histoire commune qui défile. L'évolution de la population locale, en nombre et en diversité, en fonction de l'évolution de l'emploi avec le secteur industriel et surtout l'arrivée du chemin de fer  (1849), puisqu'à cette période, le nombre d'habitants est multiplié par quatre pour atteindre 8.105 noiséens en 1896, alors que les limites territoriales s'étendent de la place du Carquant (actuelle place Jeanne-d'Arc) vers la gare avec aménagement de la rue de la Forge (actuelle rue Jean Jaurès).

Face à l'augmentation de la population scolaire à la fin du siècle, deux nouvelles écoles verront le jour : L'école Gambetta (construite de 1888 à 1891) et l'école Carnot(entre 1906 et 1912). Cette dernière, encore aujourd'hui, est assez révélatrice de l'architecture de l'époque. Ainsi, Gambetta accueille 345 élèves et Carnot en compte 340. Puis arrive la "Grande Guerre", premier conflit mondial.

Au lendemain de celle-ci, notre ville a encore vu s'accélérer sa démographie puisque Noisy-le-Sec compte désormais 16.000 habitants. Nouveaux besoins donc en matière de bâtiments scolaires. C'est ainsi que naissent, dans les années 30, deux groupes scolaires plus éloignés du centre-ville : Celui du quartier Petit-Noisy et l'autre dans le quartier Boissière. Déjà, les normes architecturales et sanitaires évoluent : vastes préaux, bureaux médicaux, bains-douches, cuisines...

Ecole Boissière Noisy-le-sec 1934
© Archives Municipales Noisy-le-Sec

En 1934/1935, 2.834 élèves répartis en 65 classes fréquentent les établissements scolaires. Les années 30 marquent aussi la création de cours complémentaires et de classes de préapprentissages.

Deux périodes importantes marqueront le siècle dernier : La seconde guerre au cours de laquelle Noisy vit ses infrastructures dévastées à 90% (bombardement du 18 avril 1944) et l'explosion démographique des années 1960.

Gare de Noisy-le-Sec après le bombardement du 18 avril 1944
© Pierre CANTALOUBE / JENB PRODUCTIONS

Après la guerre, plusieurs écoliers ont vécu leur scolarité dans des bâtiments provisoires : huit baraques et onze "classes wagons", le temps de réparer les dommages. En 1957, la maternelle Marceau est ainsi agrandie et prend le nom de groupe scolaire d'Estienne d'Orves en 1958.

Toujours pour faire face à l'augmentation de la population, nait l'idée, en 1962, de l'école Condorcet qui sera inaugurée en mai 1973 (l'école Béthisy à laquelle elle succède etant détruite en novembre 1972). Le Groupe scolaire Léo-Lagrange, lancé en 1963, accueillera 285 dès 1966. Puis, en raison de la création (1964) de la Cités des Fleurs, avec 398 logements HLM, c'est le groupe scolaire Paul-Langevin qui verra le jour en 1969 et recevra 627 élèves en 1970.  En 1969 est pensé le groupe scolaire du Londeau(quartier qui regroupe alors 861 logements de l'OCIL et 400 de la SEMINO. En 1971, 311 élèves y sont inscrits. Quant aux établissements éxistants, ils sont agrandis et modernisés.

L'histoire sociale est également évoquée : Les périodes scolaires, les cantines (au début les enfants amenaient leurs gamelles), la mixité, mais aussi l'apparition des congés payés et des activités péri-scolaires tels le patronage, les centres aérés et les colonies de vacances.  Une ville ouvrière fortement et ancestralement ancrée à gauche, fière de son industrie locale et au syndicalisme puissant grâce aux imposantes structures SNCF sur le territoire communale. Noisy-le-Sec était le plus gros dépôt de de la ligne de l'est. Pour l'anecdocte, c'est une entreprise noiséenne qui fût fournisseur des chaises d'écoles pour toute la france. 14 milions d'exemplaires furent vendus.

Voilà donc quelques temps forts qui vous sont présentés avec moult détails et crédits photographiques issus de nos Archives Municipales, sur des panneaux didactiques auxquels le service communication a porté un soin particulier dans la réalisation pour rendre ce voyage ludique et instructif.

Cette présentation est complêtée d'une exposition d'objets en rapport avec le thème, pour la plupart prêtés par des Noiséens et voisins. Des images, des livres, des instruments, plumes, encriers, bons de satisfaction, cahiers d'élèves, photos de classes, diplômes,... qui pour certains fleurent notre jeunesse. D'ailleurs, pour retracer plus concrêtement cet historique et nous transporter dans les lieux d'alors, une classe a été reconstituée, avec pour chaque rang un pupitre, ses chaises et ses accessoires d'époque. Il n'y manque plus que des mannequins vêtus d'habits d'époque.... Peut-être une idée à creuser en partenariat avec des associations noiséennes qui aiment la couture....

Car c'est bien là la réussite de cette expo : Préparée en seulement trois mois, elle mériterait d'être pérénisée, complêtée, pour ne pas, pourquoi pas, être renouvellée et devenir itinérante au sein de nos établissements scolaires et au delà de nos fronyières communales. C'est en tout cas un excellent support de travail dans bien des matières.

En voici notre reportage vidéo :



En raison du succès rencontré, cette exposition a été prolongée jusqu'au 26 septembre 2006. Nous remercions tout particulièrement la Direction des Archives,  de la Documentation et des Courriers de la Ville de Noisy-le-Sec pour le temps qu'ils ont bien voulu nous conscrer.

Reportage :
Lionel DERRIEN
Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET
© 20 septembre 2009 - JENB PRODUCTIONS
© La ville de Noisy-le-Sec dispose d'un droit d'usage non commercial

Restez informés sur notre actualité en temps réel

Ras-le-bol de l'insécurité à Noisy-le-Sec ? Signez notre pétition

Notre actualité locale sur notre blog

Toutes nos archives classées

¹ Ancien Maire communiste (1971-1994) de Noisy-le-Sec