Économie


La France passe du 3e au 7e rang mondial



Par 
Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret

On savait la France fragile industriellement mais encore pouvait-on, du moins jusqu'à présent, se réjouir de l'attractivité de notre pays auprès des touristes étrangers pour dynamiser quelque peu notre économie nationale. Il semble qu'il faille aujourd'hui déchanter sur cette perspective au vu d'un rapport publié par le Forum économique mondial (WEF) à Genève.


Cathédrale notre-Dame de Paris © JENB Productions

Ainsi, d'après une dépêche de l'AFP publiée ce jour, l’édition 2013  de ce rapport publié tous les deux ans, la France a reculé de la 3e à la 7e place depuis 2011, se faisant ravir le palmarès par l'Autriche. La Suisse, pourtant handicapée par la force de sa monnaie, le  franc suisse,  et malgré un recul de 2% de ses nuitées en 2012 (34,8 millions d'unités), demeure en première place depuis la première édition il y a 10 ans, suivie par l'Allemagne. De fait, ce sont donc trois pays germaniques qui occupent le podium.

Ce recul s'explique, selon les rapporteur de cette étude, du fait que le tourisme a « baissé dans les secteurs économiques prioritaires du pays ».

Toujours selon ce rapport, l'Espagne, pourtant plus en difficulté que nous, a progressé de la 8e à la 4e place sur la même période, tout comme le Royaume-Uni qui passe de la 7e à la 5e place.  La France est talonnée par le Canada (8e), la Suède (9e) et Singapour (10e).

L'Egypte, pourtant réputée dans ce secteur, perd 10 points à la 85e place suite au printemps arabe.

Le rapport du WEF est basé sur un indice calculé sur les données issues d'experts du tourisme et des voyages, de compagnies aériennes et d'organisations internationales comme l'Organisation mondiale du tourisme et l'Association internationale du transport aérien. 

Dans son rapport qui concerne la compétitivité dans 140 pays, les auteurs expliquent que le secteur du tourisme est resté « relativement résistant l’année dernière, en dépit de la mauvaise situation économique, caractérisée par une croissance fragile, des tensions macroéconomiques et un chômage élevé dans beaucoup de pays ».

Et Jennifer Blanke, économiste en cher au WEF, d'ajouter « La résilience du secteur repose sur l’augmentation de la classe moyenne dans les pays émergents ».

Il est évident qu'il ne faudra pas compter sur l'augmentation de la classe moyenne française, peu à peu détruite par l'actuel gouvernement, pour espérer de meilleurs jours à ce secteur économique.


A lire également :  

François Hollande : Une catastrophe annoncée ? 

Auteur : Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret 
© 07 mars 2013 - JENB Productions - Noisy-le-Sec 

 abonnement Newsletter blog JENB Productions 


logo contact JENB Productions

AA logo nos lecteurs nous alertent Vous êtes témoin d'un évènement à Noisy-le-Sec ? Contactez-nous :

alerteinfo@jenbproductions.fr ou en cas d'urgence 06.15.84.91.01

Vous souhaitez annoncer une manifestation, une expo ou un tournoi sportif ? Contactez-nous : 

 alerteinfo@jenbproductions.fr