LES TEMPS FORTS DU CONFLIT

La société noiséenne LPFH TASSOS, propriété du Groupe AMARIS qui gère également deux unités de productions à Flers et Frontignan, était spécialisée et même leader dans les pâtes à tartiner et autres taramas.

En mars dernier, un plan de restructuration est adopté après consultation du comité d'entreprise. Il prévoit le licenciement de la moitié des effectifs dans l'unité de Noisy-le-sec. Aussitôt, les 41 employés menacés, menés par la C.G.T., mettent en place un piquet de grêve devant l'usine et en bloquent entrées et sorties. Ils reçoivent dès lors le soutien de nombreux élus locaux.

Le 26 mars, une suspension de séance du Conseil municipal leur est accordée afin qu'ils puissent, publiquement, exprimer leurs inquiétudes sur ces emplois menacés.



Le 20 avril, alors que l'entreprise est en redressement judiciaire et sous tutelle d'un administrateur judiciaire, ils reçoivent le soutien d'une importante délégation socialiste dont Harlem Désir (tête de liste PS IdF aux européennes), Claude Bartolone (Président du Conseil Général) et les élus locaux). Une rencontre qui sera perturbée par les salariés non grêvistes qui reprochent aux médias et aux élus de n'écouter que les grêvistes.



Le blocage de l'usine à Noisy-le-Sec, par effet de dominos, met alors en difficulté les deux autres unités du groupe, comme nous l'avait expliqué le Directeur le 22 avril. Ce ne sont plus 41 emplois menacés sur notre ville, mais 238 sur l'ensemble du groupe Amaris.



Le 6 juin, après avoir dégradé à la peinture une bonne partie du site, la direction de l'entreprise demande l'intervention des forces de l'ordre pour faire évacuer le campement. Une opération qui se déroule dans le calme.




Quelques jours plus tard, les grêvistes installent un nouveau camps ... sur le trottoir d'en face.

La procédure de liquidation suit son cours. Et après 133 jours de mouvement salarial, les grêvistes ont décidé de lever le campement qu'ils occupaient nuits et jours et de poursuivre l'action en se retournant vers la justice Prud'hommale.

UNE MAJORITE PLURIELLE TRES SOUDEE

Pour remercier les personnes qui les ont soutenus durant près de cinq mois, les grêvistes les avaient donc conviées à partager un verre de l'amitié et un pique-nique improvisé. De nombreux élus étaient présents. Dans une courte allocution improvisée, Madame le Maire (PS) a tenu à remercier l'ensemble des élus de sa majorité "arc en ciel", pour reprendre son expression, et a félicité tout particulièrement le Conseiller Municipal (LO) Jean-Paul BUROT pour son implication quasi-quotidienne. Un élu très applaudi.

Elle a également fait savoir : " (...) J'ai reçu une lettre, quasiment d'insultes, du monsieur qui était en face, à un moment où bien entendu, moi je ne voulais rien entendre de tout ce qu'il pouvait me raconter parce que j'étais à vos cotés et vous le savez. J'ai gardé cette lettre très mémorable. Dans le genre, faut dire qu'il y en a certaines comme çà que je garde, que je collectionne.(...) "

BIENTÔT DES EMBAUCHES A LA MAIRIE ?

Puis de poursuivre " J'ai reçu Hypolite avec une de ses collègues il y a quelques temps, ils sont venus me trouver en votre nom à tous, (...) pour expliquer dans quelle situation vous vous trouvez actuellement et aussi, je vous le dis en toute transparence, mes élus sont là, ils m'ont apporté des C.V. On a très très peu bien entendu de postes disponibles,  (...) mais on  éxaminera avec beaucoup de bienveillance les C.V. qui m'ont été apportés, (...) Par contre il y a peut-être trois ou quatre postes dans les écoles à la rentrée par éxemple, Pascale LABBEE est là, elle est en train de travailler sur la rentrée, la restauration scolaire, etc. On a aussi, sur deux trois postes comme cà, peut-être des profils qui pourraient vous correspondre et vous convenir. Donc il y aura beaucoup de bienveillance, je tiens à vous le dire,  mais m'excuser d'avance car on ne pourra pas prendre tout le monde car malheureusement, la ville est ce qu'elle est, (...)  ".

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET
Lionel DERRIEN
© 20 juillet 2009 - JENB PRODUCTIONS

RAPPEL : PETITION EN LIGNE POUR UN VRAI COMMISSARIAT DE POLICE NATIONALE A NOISY-LE-SEC

Nous rappelons par ailleurs que nous avons mis en ligne UNE PETITION POPULAIRE afin de réclamer le retour d'un véritable commissariat de Police Nationale, de plein exercice, avec les moyens humains et matériels suffisants pour assurer à tous une véritable tranquilité publique.

Pour information, après avoir rempli complêtement le formulaire, seuls vos prénoms et communes apparaissent sur internet, ET NOUS SEULS avons accès aux informations complètes.

Cette pétition sera ensuite adressée au Ministre de l'Intérieur PAR NOS SOINS.

En voici le texte :

"Les signataires de la présente pétition réclament que le commissariat de Police Nationale de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), actuellement commissariat sub-divisionnaire, retrouve son statut de commissariat de plein éxercice, perdu voici trois ans, et que les effectifs de la police nationale qui lui sont affectés soient substantiellement augmentés afin de préserver durablement la tranquilité publique qui n'est actuellement plus assurée dans cette commune de Seine-Saint-Denis."

Nous invitons tous les noiséens à y participer :

POUR SIGNER LA PETITION : CLIQUEZ ICI



A LIRE EGALEMENT

ETE DU CANAL : LE BAL BARGE FAIT LE PLEIN

DISPARITION D'UNE FIGURE EMBLEMATIQUE DE LA SEINE-SAINT-DENIS

DRAME A TROUVILLE : NOS VOISINS DE ROMAINVILLE EN DEUIL

PARIS PLAGES : CA COMMENCE LE 20 JUILLET

ELISABETH GUIGOU SUR i-TELE (17 juillet 2009)

INSECURITE : PROLONGATIONS DU 14 JUILET A NOISY-LE-SEC

FERMETURE PARTIELLE DE LA LIGNE TRAMWAY T1

L'INSECURITE A NOISY-LE-SEC

NOTRE REDACTION S'ELARGIT : NOTRE LIGNE EDITORIALE AUSSI

L'ETE DU CANAL A NOISY-LE-SEC

LE STIF DEVOILE LE TRACE DU TRAMWAY T1 A NOISY-LE-SEC

FESTIVITES DU 13 JUILLET A NOISY-LE-SEC ET BAL DES POMPIERS

INSECURITE EN SEINE-SAINT-DENIS : LA DEPUTEE GUIGOU MONTE AU CRENEAU