Lettre ouverte
           aux trente-neuf  Conseillers Municipaux
               de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-denis)


Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux,

La fin de l'année civile est généralement, pour les associations, la période de constitution de leurs dossiers de subventions auprès des Collectivités territoriales et donc de leur municipalité.

Notre association qui existe de fait, depuis 2005, et officialisée en 2007, a perçu une subvention de 2.000 euros en avril 2008 (dossier déposé en décembre 2007), au lendemain des élections municipales, après l'alternance.

Chacun des deux Elus en charge des finances, tant de l'équipe sortante (UMP/MoDem)  que de l'équipe alternante (PS/PRG/PC/VERTS), en revendique la paternité.

En février 2009, la municipalité de Noisy-le-Sec, menée par une Edile socialiste, a organisé une réunion publique sur le budget présentée comme une concertation.  Plus qu'une concertation, il s'agissait en réalité d'un exposé, suivi de débats, destiné à préparer la population à une seconde hausse consécutive des impôts locaux depuis l'arrivée de la nouvelle majorité.

Au cours de cette réunion publique, j'ai, entre autres, pris publiquement la parole et ai interpellé nos Elus présents sur le devenir des subventions associatives. C'est notre Maire socialiste qui y a répondu personnellement. elle avait clairement affirmé  " (...) La décision qui a été prise c'était de maintenir les enveloppes existantes pour les associations, il y a eu quelques modifications à la marge pour les associations qui avaient été, lors d'un précédent mandat, complètement délaissées, et je pense à une association du Londeau, donc on a rétablit une subvention (...) ".

Or, il s'avère que notre subvention a été sensiblement réduite. Mais pas seulement la notre.

Par ailleurs, depuis le début de l'année, notre ville et, surtout notre-centre ville où nous sommes implantés, à eu à subir des faits de délinquances récurrents dans une progression inquiétante, faits que nous n'avions d'autre choix que de relater.

Les évènements, totalement inadmissibles dans une République, survenus lors de la fête de la Ville (je vous rappelle en cela que j'étais la victime initiale), ainsi qu'au 13 juillet au soir et ses prolongations du 14 juillet,  ont poussé au paroxysme de la révulsion face à ces actes de violence totalement gratuite, de surcroit entièrement prévisible voire annoncée (nous vous avions nous même alertés sur vos boites mails).

Si le printemps a été marqué par les braquages de magasins, la periode estivale à été marquée par les rodéos sauvages et la rentrée par les incendies.

Bien que nous portions une attention toute particulière quant au traitement de ce type d'information, afin d'équilibrer, autant que faire ce peu, l'aspect nécessairement informatif sans devenir une vitrine de "trophées photographiques délictutuels", il a été ressenti une certaine forme de pression politique pour que nos pages internet se fassent le moins possible l'écho de ce type d'incident.

Pour preuve, le mardi 15 décembre, ce fût la première fois, depuis les émeutes de 2005,  que l'un de nos reportages est interrompu par un Fonctionnaire de Police. De surcroit d'un Fonctionnaire de notre Police Municipale (service placé sous l'autorité hiérarchique de notre édile), dont nous n'avons cesse d'apporter notre soutien tant sur sa qualité déontologique que son éfficacité au regard du peu de moyens dont il dispose depuis que certains élus de la majorité municipale menée par notre Maire socialiste ont décidé de le supprimer.

Bien que nous aillions obtempéré immédiatement, nous l'avons ressenti comme une réèlle volonté de censure de la part du pouvoir politique local.

Le vol du véhicule de fonction de notre Maire il y a peu, a été l'occasion pour l'un des Adjoints (PS) au Maire, également posteur, sous son patronyme officiel et portant pour avatar le blason officiel de la ville (?), s'est cru bon de vouloir intervenir dans les débats en y apportant des argumentaires erronés et diffamatoires à notre encontre, qui a suscité un article récapitulatif dont notre ville se serait sans doute bien passé. [NDLR : L'avatar a, depuis, été modié par son auteur.]

Alors que nos séances de Conseil Municipal ont été souvent le théâtre de diatribes parfois virulentes, mais souvent justifiées, de la part d'élus à l'encontre de la blogosphère locale qui pourrît le climat politique local, je me dois de réaffirmer nos convictions éditoriales.

Notre blog, et tous les supports qui le composent, sont un blog citoyen. Il est ouvert à tous et n'est l'exclusive de personne.

Il existe pour et par les Noiséens. Il relaie des questionnements populaires légitimes ainsi que les réponses apportées par nos 39 élus lorsque ces derniers souhaitent communiquer. Nos pages sont ouvertes à toute personne qui souhaite exprimer un avis partagé et où les élus que vous êtes, toutes sensibilités confondues, avez toute votre place.

Nos récents articles sur des projets concrêts tels que l'Anru au Londeau, le tramway T1, le sécurité publique, la permanence des soins, le bus 545,... en sont des éxemples précis.

Afin de garantir notre indépendance éditoriale, il semble préférable que nous ne sollicitions pas, dans un tel contexte politique délétère, de subventions de notre municipalité.

Nous sommes à l'écoute de tous les citoyens noiséens.

En sollicitant une subvention municipale, dont on sait de surcroit qu'elle ne couvrira même pas les frais généraux, nous nous exposons à ne plus pouvoir garantir notre indépendance.

Nous nous devons d'être à l'écoute de tous et de vous accorder la parole avec équité et honnêteté vis-à-vis de notre lectorat.

Nous espérons qu' un climat politique plus serein nous permettra, l'année prochaine, de solliciter une subvention municipale, sous réserve que notre indépendance éditoriale soit assurée aux fins d'informer objectivement notre lectorat.

Nous sommes au regrêt de constater que cette indépendance semble de plus en plus menacée à Noisy-le-Sec depuis quelques mois.

Je vous prie d'agréer, Mesdames et Messieurs le Conseillers Municipaux, l'espression de nos respectueuses salutations, ainsi que nos meilleurs voeux pour cette année nouvelle. Puisse-t-elle vous permettre de nous construire une ville où il fait bon vivre.

Jean-Emmanuel NICOLAU-BERGERET
Président de l'association JENB Productions
© 03 janvier 2010 - JENB PRODUCTIONS

A lire également :

- L'actualité sur Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis)
-
Retrospective 2009 à Noisy et sur Le Post (1er trimestre 2009)
- Retrospective 2009 à Noisy et sur Le Post (avril 2009)